Savons-nous si les civilisations disparaissent?

Lívia Vitenti

Résumé

Les civilisations disparaissent-elles, où est-ce qu’elles se transforment? Dans cet article, j’aborde cette question à travers un retour critique sur l’ouvrage de Jared Diamond, Effondrement: comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (2006[2004]), dans lequel il examine l’enjeu de l’effondrement des civilisations, ses causes, ses circonstances et ses déterminants. À partir de cet ouvrage, je propose une réflexion sur le catastrophisme qui sous-tend les discours écologistes. D’une part, ce catastrophisme tend à négliger la dimension identitaire des phénomènes d’effondrement. D’autre part, il occulte l’enjeu économique qui se profile derrière les discours sur la protection de l’environnement. Je développe mon argument sur deux plans : sur le plan identitaire, je soutiens que toute transformation à l’échelle de la civilisation n’aboutit pas nécessairement à une disparition totale de la société concernée, mais implique plutôt une perte sur le plan de l’identité sociale et culturelle; sur le plan économique, je soutiens que les teneurs du discours écologiste gagneraient à revoir la conception capitaliste du travail et à distinguer les notions de « développement » et de « croissance » économique afin d’offrir une alternative réaliste à l’ordre actuel des choses.

Retour au sommaire | Texte en PDF