Entre biopouvoir plastique et biopolitique de la sélection : Sloterdijk penseur de l’anthropogénétique

Erik Bordeleau

Résumé

La question de la « production » de l’homme est au cœur du projet philosophique de Sloterdijk. Sa manière de penser l’homme sur un plan « où il y a principalement la technique » a d’abord fait scandale (on se rappellera l’affaire Sloterdijk, au tournant du siècle); elle s’avère dorénavant indispensable pour quiconque cherche à penser le rapport entre l’humain et les nouvelles technologies. Dans cet article, nous allons dans un premier temps essayer de cerner les enjeux-clés de la lecture anthropologisante de Heidegger par Sloterdijk, telle qu’elle se développe dans La domestication de l’être (2000a) et Règles pour le parc humain (2000b). En deuxième lieu, nous dégagerons quelques implications de la pensée biopolitique de Sloterdijk et en particulier, sa tendance marquée à la domestication, en regard du politique et de l’idée de résistance. Finalement, nous ouvrirons sur l’idée d’une politique de la venue-au-monde, qui constitue peut-être, en dernière analyse, l’horizon propre de la pensée de Sloterdijk.

Retour au sommaire | Texte en PDF