Entre ordre et chaos. Le corps biométrique, lieu du politique

Patrick F. Woodtli

Résumé

Favorisés par la croisade déclarée à l’hydre terroriste, les dispositifs biométriques poursuivent leur formidable entreprise de quadrillage du réel, numérisant la chair humaine sur fond d’intensification des politiques de sécurité. L’adoption en mai 2003 par l’Organisation de l’aviation civile internationale d’une nouvelle génération de passeports intégrant l’identifiant biométrique confirmait la tendance, consacrant cette technologie au titre de standard identificatoire planétaire. Vecteur de légitimité sociale et politique, le corps se voit désormais sommé de « dire » la vérité du sujet, autorisant ou déniant l’accès des individus aux espaces et services requis. Signant l’apparition de mediums d’identification supplémentaires, ces nouvelles technologies nimbent la corporéité d’attentes et de représentations spécifiques, sous-texte dont il convient de dégager les traits constitutifs. Nous proposons une réflexion anthropologique autour d’un corps actuellement transcodé en patrons d’information numériques, rempart de la sécurité des populations et pièce maîtresse d’un nouveau diagramme de pouvoir.

Retour au sommaire | Texte en PDF