Médicalisation de la pauvreté et discipline des corps reproductifs : la famille et l’utilisation des contraceptifs hormonaux en milieu rural burkinabé

Julie Désalliers (Université de Montréal)

Résumé

Cet article se penche à la fois sur le contexte global dans lequel les contraceptifs hormonaux sont offerts en milieu rural africain – en mettant en évidence les discours médical, politique ou idéologique véhiculés – et sur la manière dont ces contraceptifs sont utilisés et interprétés par les populations locales en lien avec leur situation économique et leur conception de la famille. Il sera montré comment les corps reproductifs sont investis de pouvoirs économiques qui régulent les décisions par rapport aux futures naissances, dans un contexte où la disponibilité des contraceptifs apparaît comme une solution au problème de la pauvreté et de la mortalité maternelle et infantile. Les décisions par rapport à la gestion de la fécondité doivent être replacées et comprises comme étant influencées à la fois par un pouvoir médical omniprésent, par les contraintes de la vie quotidienne et, peut-être, par certaines transformations dans les conceptions de la famille.

Retour au sommaire | Texte en PDF