L’envers de l’imaginé : la détresse dans le corps social chez les immigrants indiens de Montréal

Vincent Duclos (Université de Montréal)

Résumé

Cet article est le résultat d’une recherche de terrain menée auprès d’immigrants indiens de Montréal et ayant pour objectif d’explorer comment se construit le sens de la détresse psychologique. De ses causes possibles aux formes qu’elle prend dans sa manifestation, la détresse se constitue chez les répondants comme un objet complexe et profondément ancré dans les circonstances qui servent de trame de fond à son émergence. Ce sont ces contextes qui forment l’envers de l’imaginé, le revers d’attentes migratoires cassées dans la rencontre des conditions objectives de l’établissement. C’est principalement dans le rapport à l’emploi que se situe cet écart entre l’imaginaire migratoire et la réalité de l’expérience. La détresse se présente alors autant comme une rupture de l’intériorité et de son équilibre que comme une intériorisation des conditions qui la génèrent et qui orientent le sens. Cette recherche est une tentative d’articulation de l’expérience individuelle de la détresse aux différents espaces collectifs qui agissent sur elle.

Retour au sommaire | Texte en PDF