Primum Non Nocere. Evaluating and Amalgamating Competing Blueprints for a New Anthropology of Psychiatry

Eugenia Tsao (University of Toronto)

Résumé

Dans cet article, j’évalue les avantages et les désavantages théoriques de trois modèles d’analyse de la maladie mentale (Levy 1992; Baer, Singer, and Susser 2003; Crossley 2004), qui remettent en question les tendances réductionnistes et essentialistes de la biomédecine occidentale, dans l’espoir de fournir aux chercheurs une synthèse des mérites de ces tendances et de les avertir de leurs faiblesses. Je soutiens qu’une anthropologie saine de la psychiatrie doit restituer les dimensions historique, politique et symbolique des expériences psychiatriques localisées dans toute leur profondeur. Face au capital culturel dont jouit la biomédecine, nous pouvons et nous devons profiter de la polyvalence de nos propres méthodologies (ethnographiques, historiques et rhétoriques) afin de déstabiliser le biologique par le biais du biographique.

Retour au sommaire | Texte en PDF