Terrain de recherche en milieu autochtone : la participation radicale du chercheur à l'ère de la recherche collaborative

Benoit Éthier (Université Laval)

Résumé

Dans cet article, je discute de certains principes éthiques mis en valeur au sein des protocoles de recherche collaborative en milieu autochtone. Ces principes intègrent progressivement les orientations de certaines institutions, comme le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, qui valorisent le potentiel d’empowerment ou de prise en charge locale de la recherche scientifique. Une fois sur le terrain toutefois, comment mettre en pratique ces principes, aussi louables soient-ils, alors que l’on représente toujours, pour une certaine portion de la population locale, une sorte de « voleur de cultures » ? À partir de mon expérience de terrain au sein d’une communauté autochtone au Québec et de ma participation à un projet de recherche collaborative, j’expose certains défis et critiques auxquels j’ai été confronté ainsi que quelques découvertes et réflexions qui ont orienté mon travail de terrain. J’explique pourquoi et comment j’en suis venu à concevoir la « participation radicale » comme inhérente, fondamentale et nécessaire à mon processus de recherche empirique, afin de donner un sens véritable à la recherche collaborative.

Retour au sommaire | Texte en PDF