Research (Im)possibilities: Reflections from Everyday International Relations

Jean-Michel Montsion (University of Winnipeg)

Résumé

Bien que certains chercheurs en relations internationales aient utilisé l’ethnographie depuis la fin des années 1980, cette approche demeure marginale au sein de la discipline. Plusieurs adeptes de cette approche la réconcilient difficilement avec les préceptes disciplinaires des relations internationales. Je soutiens que l’utilisation de l’ethnographie redéfinit le type de recherches et de résultats possibles pour les relations internationales. Pour ce faire, j’explore les stéréotypes raciaux et les asymétries linguistiques observés dans le contexte de mes recherches de terrain à Singapour et Vancouver. Ces stéréotypes et asymétries ne sont pas que des obstacles, car ils révèlent comment « l’international » est vécu par tous, dans leur quotidien. En problématisant ces frontières raciales et linguistiques, les chercheurs en relations internationales peuvent mieux comprendre comment « l’international » se construit dans la vie de tous les jours.

Retour au sommaire | Texte en PDF